Mesurer le « Comportement Sédentaire » – Recommandations Générales et Solutions par movisens

Le « Comportement Sédentaire » est défini par une position assise ou allongée prolongée avec une faible dépense énergétique (SBRN, 2012). De manière isolée, la dépense énergétique ne fournit aucune information fiable sur la posture du corps (assis ou debout, par exemple ), élément essentielle à l’évaluation du comportement sédentaire(Holtermann, et al., 2017). Inversement, l’évaluation de la position du corps seule ne permet pas de donner un aperçu de la dépense énergétique, par exemple coudre à la machine, conduire une grue, soulever des poids au gymnase tout cela en position assise (Holtermann, et al., 2017). Pour déterminer avec précision le comportement sédentaire, il faut évaluer à la fois la posture corporelle mais également la dépense énergétique.

Mesures fiables pour mesurer et évaluer le « Comportement Sédentaire »

  • Cas 1 : Connaître l’environnement – par exemple ne pas avoir la possibilité de se mettre debout et ne pouvoir faire que des activités physiques faibles = la position assise. Dans ce cas attacher un capteur (Move 3) à la hanche ne fournit qu’une estimation approximative du comportement sédentaire.
  • Cas 2 : Différencier la position assise/allongée & et la position debout. En attachant un capteur (Move 3) à la cuisse, les différents angles de l’axe permettent de différencier la position assise/allongée et la position debout. Cependant il n’est pas possible de différencier la position assise de la position allongée (Byrom, Stratton, McCarthy, & Muelhausen, 2016).
  • Cas 3 : l’évaluation des changements dans la distribution temporelle du comportement sédentaire, nécessite une répartition précise du comportement sédentaire et de l’intensité de l’activité physique. Ce cas demande une évaluation de la posture du corps ainsi que de la dépense énergétique. C’est possible en attachant un capteur (Move 3) à la cuisse (Assis /Allongé VS Debout) et un capteur (Move 3) autour du torse/à la cuisse (Debout/Assis VS Allongé). De façon additionnelle, le capteur autour du torse ou à la cuisse fourni des données nécessaires pour estimer la dépense énergétique (Holtermann, et al., 2017)
  • Cas 4 : L’évaluation des changements dans la distribution temporelle du comportement sédentaire avec une charge statique. Dans ce cas on utilise un capteur ECG qui fournit des données additionnelles pour évaluer la dépense énergétique. Initialement, le capteur ECG nécessite un étalonnage pour estimer la dépense énergétique avec une charge supplémentaire. Attacher un capteur (Move 3) à la cuisse (Assis/Allongé VS Debout) et un capteur d’activité physique et cardiaque (EcgMove 3) autour du torse (Debout/Assis VS Allongé) fournit une accélération des données des deux positions, et le signal ECG supplémentaire permet d’améliorer les estimations de la dépense énergétique pendant le travail statique, en raison de la relation linéaire entre le stress cardiorespiratoire et la dépense énergétique (Holtermann, et al., 2017).
  • Cas 5 : Si une intervention est nécessaire, ou si les recherches nécessitent des paramètres subjectifs supplémentaires, nous proposons la possibilité de mettre en place un questionnaire avec notre plateforme d’expérience d’échantillonnage movisensXS via notre SensorTrigger.Après que l’application ait détecté 30 minutes (personnalisable par le chercheur) de comportement inactif (<1.5MET) depuis le capteur, le déclencheur affiche un formulaire sur une application smartphone invitant le participant à répondre à un questionnaire. Cela permet la possibilité d’obtenir des commentaires détaillés et des informations sur la routine quotidienne du participant à l’étude.

Évaluation Ambulatoire

Au cours des prochains mois nous allons publier plusieurs articles détaillés et mettre régulièrement à jour nos actualités et nos lancements de produits sur le blog. Pour la première série d’articles, nous allons nous intéresser aux origines de l’évaluation ambulatoire et de son développement grâce aux nouvelles technologies, et allons aborder les incroyables possibilités de recherches futures que cela permet d’envisager. Nous espérons que vous apprécierez !

Évaluation Ambulatoire

Court résumé des méthodologies actuelles

Étudier les gens dans leur habitat naturel ne relève plus exclusivement du domaine des anthropologues. Les expériences quotidiennes de l’homo sapiens civilisé nous éloignent jour après jour de la jungle et de la savane. Cependant, l’héritage de notre passé règne encore sur notre psyché, et pour démêler notre nature psychologie les chercheurs utilisent de nouvelles méthodes afin d’appréhender de manière encore plus précise l’esprit et le corps.

L’évaluation ambulatoire est le « parapluie » de toutes les méthodes de recherche suivantes : Si vous êtes en train d’effectuer une Évaluation Écologique Momentanée ou une Expérience d’Échantillonnage, cela tombe sous le joug de l’évaluation ambulatoire.

L’idée majeure de l’évaluation ambulatoire est de pouvoir calculer des paramètres en dehors d’un laboratoire ou d’une clinique. En utilisant un journal électronique et/ou des capteurs physiologiques, les chercheurs peuvent écarter l’inexactitude des rapports sur les patients et obtenir des données valides en temps réel ou quasi réel. Les données non contaminées par la faillibilité de souvenir des participants ou de la déclaration des ratés, les chercheurs peuvent obtenir un aperçu plus clair sur les « informations tirées de la vie quotidienne d’individus pouvant possiblement être suivis par des scientifiques en cliniques et des professionnels de la santé mentale ». (Trull &amp; Ebner-Priemer, 2013)

La meilleure et la plus concise des définitions de l’évaluation ambulatoire, vient du site internet Society for Ambulatory Assessment

« L’Évaluation Ambulatoire comprend l’utilisation de méthodes de terrain pour évaluer le comportement, la physiologie, l’expérience et les aspects environnementaux de personnes vivant dans des environnements naturalistes ou non soumis à des contraintes. L’Évaluation ambulatoire utilise des outils écologiques valides dans le but de comprendre les procédés biopsychologiques se déroulant naturellement dans le temps et dans le contexte »

Bien que l’Échantillonnage d’Expérience, l’Évaluation Écologique Momentanée et l’étude du journal quotidien fassent partie intégrante de l’Évaluation Ambulatoire, ce terme conjugue souvent la surveillance physiologique et l’esprit. Les articles de chercheurs qui mentionnent l’Évaluation Ambulatoire dans leurs mots clés utilisent souvent des accéléromètres, des électrocardiogrammes et d’autres paramètres physiologiques comme les données de base dans leurs études.

Cela nous mène donc à l’Évaluation Écologique Momentanée et à l’Expérience d’Échantillonnage, deux des piliers de l’Évaluation Ambulatoire et tout comme l’Évaluation Ambulatoire, l’Évaluation Écologique Momentanée ne sonne pas comme étant un terme très accrocheur. <!--mep-nl-->Il y a cependant une subtile différence entre l’EEM et l’Expérience d’Échantillonnage. Je vais d’abord laisser s’exprimer Reed Larson et Mihaly Csikszentmihalyi à travers leur1983 article qui définit l’Expérience d’Échantillonnage :

« …La Méthode de l’Expérience d’Échantillonnage (MEE ), une procédure de recherche qui consiste par demander aux individus de fournir systématiquement des auto-évaluations à des occasions aléatoires, par exemple pendant les heures de sommeil d’une semaine normale… La MEE recueille des informations autant privées que publiques sur la vie des individus, sécurise des données sur les aspects comportementaux et intrapsychiques de l’activité quotidienne et obtient des rapports sur les expériences vécues par les participants, minimisant ainsi les effets de dépendance sur la mémoire et la reconstruction ».

Si recueillir des informations de la vie quotidienne des individus est le rôle principal de l’Expérience d’Échantillonnage, le terme désigne à présent pour décrire la collecte de données subjectives au fil du temps, même en laboratoire ou en milieu clinique. Maintenant revenons à l’Évaluation Écologique Momentanée. Pour effectuer une prestation de qualité un homme de métier a besoin de bons outils, et pour le chercheur, l’Évaluation Momentanée Écologique est un outil d’étude longitudinale extrêmement puissant pour exploiter les données subjectives du quotidien. La subtile différence entre EEM (l’Évaluation Écologique Momentanée) et MEE (Méthode d’Expérience d’Échantillonnage) demeure dans l’origine des deux méthodes. L’EEM a émergé du domaine de la médecine comportementale et comprend souvent en conséquence des paramètres physiologiques ou des questions liées à la santé, et est également principalement performant dans l’environnement quotidien normal d’une personne.

Dans la suite de cette série, nous allons explorer les avantages et les inconvénients de l’Évaluation Ambulatoire, et discuter de l’impact qu’aurait le développement de cette technologie.

Journal d’étude VII

Étude de l’humeur sédentaire (partie VII)

L’article suivant fait partie de la série "Étude de l’humeur sédentaire".

Dans le dernier article la mise en place pratique de l’étude était décrite. Dans le prochain et dernier article du blog les résultats de l’étude sera présenté.

Résultats

Les résultats indiquent qu’il y a une influence significative et négative de la dimension de l’humeur autant au niveau vigilance-fatigue qu’au niveau bonne et mauvaise humeur. En termes général, cela signifie que le comportement sédentaire contribue à la fatigue plus intense. Des phases de sédentarité de plus de 30 minutes sans interruption ont un effet particulièrement négatif comparé aux phases avec interruption.
Au regard de la bonne et de la mauvaise humeur, les résultats montrent également une influence significative et négative du temps d’inactivité. Cela signifie que la sédentarité contribue à la mauvaise humeur, essentiellement lorsque la phase de sédentarité est de 30 minutes ou plus. Tandis qu’au contraire, les phases de sédentarité interrompues ont une moindre influence sur la bonne et mauvaise humeur.

Journal d’étude V

Étude de l’humeur sédentaire (partie V)

L’article suivant fait partie de la série « Étude de l’humeur sédentaire ».

Temps de mesure d’une étude en temps réel

Dans le dernier article, les comportements sédentaires ont déclenché des journaux électroniques et les requêtes sélectionnées au hasard ont été décrites. Dans la partie suivante, le plan d’étude utilisé pour l’étude de l’humeur sédentaire est expliqué. Ici, la fréquence des questionnaires de l’humeur tout au long de la journée joue un rôle important.

Le nombre exact de requêtes dépends du niveau d’activité des participants et donc, dans cette étude, jusqu’à 12 requêtes par jour sont attendues. Plus d’enquêtes sur l’humeur par jour sur une plus longue période de temps ne sont pas recommandées afin de ne pas sur-contraindre la volonté de participation des personnes testées et donc de ne pas mettre en danger la qualité des données.

Sur la base des résultats de l’étude, environ trois ou cinq jours – sur lesquels on retrouve au minimum un jour de weekend – sont nécessaires pour un enregistrement représentatif du comportement sédentaire. Dans ce contexte, la période d’enquête, l’étude de l’humeur sédentaire, a duré cinq jours (trois jours de travail et deux jours de weekend).

L’échantillon a été recueilli À l’Université de Newcastle (UoN, Australie) et au Karlsruhe Institute of Technology (KIT, Allemagne). La participation à l’étude était liée aux critères d’admission suivants : collaborateur officiel de l’établissement, aucune maladie ou blessure physique, et le travail devait être principalement effectué dans une position physique sédentaire.

Pour en savoir plus sur la mise en œuvre pratique de l’étude, veuillez consulter l’article suivant…

Journal d’étude IIII

Étude de l’humeur sédentaire (Partie IIII)

L’article suivant fait partie partie de la série « Étude de l’humeur sédentaire ».

E-Diaries déclenchés par la sédentarité

Le noyau méthodologique de l’« étude de l’humeur sédentaire » est l’utilisation d’e-diaries déclenchés par le comportement sédentaire. Pour autant que l’on sache, aucune solution technique comparable n’a été mise en œuvre dans aucune étude à ce jour.

Smartphone mit movisensXS
Smartphone avec movisensXS
Dans ce cas, l’application vise à capturer de manière précise des paramètres psychologiques pendant les longues phases en position assise. Le comportement sédentaire est enregistré, analysé en temps réel et des requêtes de l’humeur sont générées lorsque les seuils définis sont atteints. Le seuil pour un comportement sédentaire prolongé a été déterminé a 30 minutes. La communication entre le smartphone (e-Diary) et l’accéléromètre s’effectue via une connexion Bluetooth basse consommation (BLE).
Dans la mise en œuvre pratique de cette étude, des journaux électroniques ont été sélectionnés pour se déclencher selon le comportement sédentaire et à des moments aléatoires durant la routine du quotidien. De plus, à la fin d’une journée d’étude, les personnes testées ont été encouragées à indiquer subjectivement la durée totale de l’activité durant toute la journée.


Le schéma indique une requête déclenchée avec movisensXS


Vous pourrez en apprendre encore plus à propos de l’humeur sédentaire dans le prochain article…

Journal d’étude III

Étude de l’humeur sédentaire (partie III)

L’article suivant fait partie de la série « Étude de l’humeur sédentaire ».

Préparation à la détermination de la position du corps

Faisant partie de l’étude de l’humeur sédentaire, le capteur d’activité Move 3 a été utilisé pour la première fois pour enregistrer le comportement sédentaire en tant que variable cible primaire. Par conséquent, des travaux préliminaires ont été nécessaires avant la réalisation de l’étude, et visaient principalement à enregistrer la position du corps.

Dans le but de déterminer la façon la plus appropriée de transporter le capteur d’activité et de différencier ainsi la position assise de la position debout, 2 études vidéo ont été dans un premier temps réalisées. Une dans le quotidien, avec différentes activités et dans différentes positions, et une durant le temps de travail, dans la vie professionnelle de tous les jours.

L’évaluation des deux mesures montre que porter le Move 3 3 au milieu de la cuisse est plus approprié pour différencier la position assise/allongée et la position debout. La reconnaissance de la position du corps est basée sur le rapport angulaire de la cuisse à la verticale (axe sagittal) et à l’axe longitudinal ventral. Si le capteur a une largeur angulaire de plus que 20° entre l’axe sagittal et l’axe longitudinal, on suppose une position verticale du corps. Si le capteur est dans une position qui dépasse une largeur angulaire de moins que 20°, une position assise/allongée est supposée.

Dans l’Article suivant, il vous sera expliqué comment les données de mesure du capteur d’Activité Move 3 sont analysées, couplées avec l’e-Diary movisensXS et déclenchées avec le SensorTrigger getriggert werden erfahren sie im nächsten Beitrag...

CoCa – Conditions Co-morbides des troubles déficitaires de l’Attention avec ou sans Hyperactivité

Un système m-Health (santé mobile) innovant rendu possible grâce à movisens

Le projet Coca comprend la mise en place et le pilotage d’une plateforme « m-health » pour les participants atteints de TDAH. Cela vise à observer et promouvoir le rythme chrono biologique et le niveau d’activité physique des personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention et/ou d’Hyperactivité (TDAH) tout en prenant en compte les facteurs de maladies co-morbides.

Une collaboration Européenne de chercheurs a tenté de comprendre les maladies associées au TDAH. Ils étudient les caractéristiques et les fonctions physiques des adolescents et des jeunes adultes atteints du TDAH afin de mieux comprendre les maladies associées. Ils ont cherché de nouvelles façons de traiter le TDAH et d’aider à prévenir ces maladies concomitantes.

En collaboration avec movisens GmbH, KIT's Institute for Sport and Sports Science a développé un système « m-health » comme une partie du projet CoCa. Le système génère des retours individuels, en envoyant des rappels quotidiens aux participants en relation à leur traitement, il surveille également et améliore l’adhésion des participants à leur protocole de traitement actuel, les motivant à effectuer les exercices d’intervention et la luminothérapie.

Incorporation des données Physiologiques

Le système de santé mobile, « m-health », inclut des composants classiques tels que l’e-journal, il surveille l’administration du traitement, et il présente des clips vidéo sous forme de modules d’exercices. L’étude enregistre également les données physiologiques, retransmises par la lumière du bracelet au poignet et du capteur d’activité le LightMove 3.. Ce capteur fournit des données de valeur objectives pour les analyses et aide dans les interventions.

Une intervention du système de santé mobile

Incorporer le capteur permet une intervention innovante du « m-health ». Bien que le capteur enregistre les données pour de futures analyses, cela calcule simultanément et transmets les données physiologiques via l’interface Bluetooth Smart aux smartphones des participants. De là, il est téléchargé sur un serveur et traité en temps réel. Grâce à cette innovation, le système « m-health » génère un retour sur la motivation et sur les activités effectuées et les transmets sur les smartphones des participants. Une étude d’évaluation écologique momentanée innovante ET une intervention.

Le projet CoCa offre à movisens une opportunité unique de démontrer la capacité complexe de notre plateforme d’expérience d’échantillonnage. L’expérience acquise par movisens dans la conception d’études EMA, combinée à notre expertise en capteurs physiologiques, a permis à l’équipe de chercheurs de trouver les réponses à leurs questions.

Ce projet a reçu un financement du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne, au titre de la convention de subvention n°667302.

Étude de l’humeur sédentaire II

Journal d’étude « étude de l’humeur sédentaire »

Étude du comportement sédentaire

L’article suivant poursuit notre série d’ « études de l’humeur sédentaire ». Tout au long de cette série nous vous présenterons diverses études sur le comportement sédentaire, décrivant le procédé de planification des résultats. Nous allons commencer le procédé d’enregistrement des données nécessaires pour examiner le lien entre le comportement sédentaire et l’humeur. Pour le faire, nous allons détailler une étude particulière du comportement sédentaire afin d’illustrer nos propos.

Partie 2 : Enregistrement des données de l’humeur et du comportement sédentaire

Quand on étudie le comportement sédentaire il est important de sélectionner un calendrier qui fournit suffisamment de données à analyser. Dans ce cas, le chercheur choisi une période de cinq jours en évaluation ambulatoire afin d’enregistrer les données de la vie de tous les jours. Au-delà de cette période de cinq jours, l’humeur des participants est évaluée plusieurs fois par jour et avaient leur activité enregistrées durant les heures d’éveil.

Pour enregistrer l’humeur des participants, il est nécessaire d’utiliser la méthode de l’échantillonnage. Pour cette étude, la base android de l’expérience d’échantillonnage : App movisensXS présente la version courte du « Questionnaire Multidimensionnel de l’humeur (QMDH)» à intervalles aléatoires. Le QMDH mesure l’humeur dans trois dimensions – Valence, excitation énergétique, calme – et était spécifiquement contextualisé pour les études ambulatoires (voir Wilhelme et Schoebi 2017, p. 259ff.)

Si aucun dispositif technique n’enregistre le comportement sédentaire (voir Kang et Rowe, 2015, p.113), de facto le capteur d’activité sert d’instrument de recherche de votre choix. Compte tenu de l’abondance des capteurs fitness sur le marché, il est parfois tentant de se tourner vers des dispositifs moins chers dans le but d’obtenir plus de données. Cependant, pour les données du niveau de la recherche, il est important d’utiliser des appareils adaptés. . Bien que cela signifie moins de dispositifs et moins de participants, la qualité des données compense largement.

Le Sedentary Behavior Research Network(SBRN, 2017) définit le comportement sédentaire : « Le comportement sédentaire est tout comportement éveillé caractérisé par une dépense énergétique ≤1.5 équivalents métaboliques (METs) en position assise, allongée ou couchée ». Ainsi, dans le but d’obtenir un enregistrement optimal, nous avons besoin d’évaluer autant le corps que la dépense énergétique.

Dans la partie suivante de cette série, nous allons décrire comment, dans le cadre de cette étude, les lignes directrices sur les comportements sédentaires ont été respectées.